CARICATURE DE THOMAS PESQUET

Le Petit Prince de l’Espace


La couleur bleue de l’arrière-plan que l’on retrouve dans les yeux, la main et le scaphandre, induit d’emblée une vision de fraîcheur. L’éclairage blanc du scintillement des étoiles combiné à la lumière cernant les ombres du visage et de la main ainsi que les liserés de sa tenue ajoute un effet de brillance glaciale. Cette caricature pourrait figurer dans une fiction aux confins de l’univers.

Thomas Pesquet a été sélectionné avec 5 autres candidats pour accomplir une mission à bord de la Station spatiale internationale de novembre 2016 à juin 2017, au service de l’agence européenne et de la NASA. Pourquoi le choix de ce bleu par le caricaturiste alors que l’espace visité est plongé dans le noir? La réponse se trouve dans le bleu de son regard: Thomas Pesquet a toujours rêvé depuis son enfance de grimper au-delà de cette voûte, qui nous apparaît bleue depuis la Terre. Il se souvient de la navette spatiale que son père lui avait construit lorsqu’il était petit. Les épisodes de Star Wars et de Star Trek ont bercé son enfance et sa jeunesse. Il dit avoir toujours été passionné par l’aéronautique. C’est donc tout naturellement vers là qu’il s’est dirigé dans ses études.

Le pouce levé symbolise le succès de sa mission à bord du vaisseau mais il ne se limite pas à des prouesses techniques. Thomas Pesquet a une vision positive de l’homme et tente de la communiquer auprès des jeunes. Il raconte que lorsqu’il était petit, il regrettait de ne pas savoir ce qui se passait à bord des vaisseaux. Avec le documentaire « Seize levers de soleil », qu’il a réalisé en filmant durant 200 jours sa vie à bord et en extérieur, il a largement comblé ce manque.

La chevelure blonde de cette caricature rappelle les épis de blé mûr du Petit Prince. Thomas Pesquet a toujours admiré Saint-Exupéry et il a emporté avec lui là-haut l’intégrale de ses oeuvres. Il avait lancé en janvier 2017 un concours littéraire, invitant les jeunes de moins de 25 ans à écrire une suite à l’histoire du Petit Prince. Le public a largement répondu puisque 8000 propositions ont été reçues. Depuis l’ISS, il a lu deux extraits parmi les dix textes lauréats.

Le caricaturiste a exagéré les oreilles jusqu’à porter la ressemblance avec celles de Monsieur Spock, héros de Star Trek ou celles de Maître Yoda, dans Star Wars. Tous deux veulent sauver l’humanité. Ont-ils perçu plus que d’autres les rumeurs inquiétantes du monde obscur?

Il ne faudrait pas prendre notre astronaute pour un doux rêveur qui aurait la tête dans les étoiles. Le visage de la caricature reste bien carré et le cou bien droit, ajusté dans son scaphandre. Depuis son retour sur terre, il s’est formé au pilotage de l’A310 chez Airbus et il se trouve régulièrement aux commandes de cet appareil. Il a participé au dernier voyage de Frédéric Lopez en terre inconnue, dans le nord de la Colombie, à la rencontre des Kogis, les « gardiens de la Terre ».

Son documentaire « Seize levers de soleil » nous fait prendre conscience de ce merveilleux joyau qu’est notre planète. Il s’inquiète des changements de température, des variations de l’océan, et même des conflits armés qu’il a pu observer de l’espace. « On n’a pas conscience à quel point l’atmosphère c’est mince (…), à quel point on est capable d’abîmer la planète, à quel point il faut la protéger. »

Lilou Pluenn


caricature de Thomas Pesquet, astronaute

Retrouvez d’autres caricatures de célébrités en retournant à cette page.